ZOLPIDEM – antidépresseur pour les troubles du sommeil

Zolpidem pour traiter les troubles du sommeil.

Un de nos clients nous écrit: « Le zolpidem est l’un des seuls somnifères qui me conviennent. Pas d’accoutumance, même après un arrêt au bout d’un mois, j’ai repris mes nuit comme si de rien n’était. Le sommeil vient au bout d’un quart d’heure à condition d’être au calme et sans stimulants visuels , son effet reste doux mais le sommeil est bien récupérateur. Je prenais un demi comprimé, j’ai pas augmenté le dosage. »

Donc, qu’est ce que c’est le Zolpidem?
Ce médicament, dont la Dénomination Commune Internationale (DCI.) est ZOLPIDEM, peut se présenter sous différents noms commerciaux. Dans le cas de ZOLPIDEM, le médicament d’origine est: STILNOX.
La substance active est Tartrate de Zolpidem.
Le médicament Zolpidem est un hypnotique et sédatif. Il est apparenté aux benzodiazépines. Les indications sont limitées aux troubles sévères du sommeil dans les cas d’insomnie occasionnelle et
d’insomnie transitoire.
Zolpidem induit le sommeil et permet de régulariser sa durée pour éviter l’installation d’une insomnie. De ce fait, ce traitement ne constitue qu’un traitement d’appoint dont la durée est limitée (2 à 4 semaines maximum).

Le médicament occupe une place importante dans votre démarche de soins, car il permet de diminuer progressivement les symptômes liés à la maladie et de vous aider à renforcer vos relations et vos activités. Mais le médicament à lui seul n’est pas totalement suffisant pour votre rétablissement. Il est très souvent nécessaire d’être soutenu par un accompagnement psychologique et la poursuite d’activités de votre choix (loisir, lecture, activités culturelles, etc).

Posologie
La posologie est strictement individuelle et les doses usuelles peuvent être variables. Dans tous les cas, votre médecin s’attachera à trouver la dose minimale qui vous conviendra.
Si vous avez l’impression que l’effet de Zolpidem est trop fort ou trop faible, consultez votre médecin ou votre pharmacien.
Dans tous les cas, la posologie ne doit pas dépasser 10 mg par jour.
L’utilisation de ce médicament n’est pas recommandée chez l’enfant en l’absence d’études.

Bien utiliser le Zolpidem
Un traitement doit être mis en place progressivement, et généralement pour une durée prolongée. Ses effets se font généralement sentir au bout de quelques semaines. Il s’agit de médicaments qui ne sont pas anodins et leur association avec d’autres substances peut être dangereuse.
En effet, des effets indésirables transitoires sont parfois observés si le traitement est interrompu brutalement : anxiété, irritabilité, cauchemars, insomnie, nausées, vertiges, etc. Ces effets indésirables apparaissent dans les deux à trente jours suivant l’arrêt du traitement. Si ce type de symptômes survient, le médecin peut choisir de reprendre temporairement le traitement à pleine dose, puis de mettre en place un calendrier d’arrêt du traitement encore plus progressif.
Ne prenez jamais Zolpidem dans les cas suivants:

allergie connue à cette classe de produits ou à l’un des composants du médicament,
insuffisance respiratoire grave,
syndrome d’apnée du sommeil,
insuffisance hépatique grave,
myasthénie.

Les plus efficaces solutions médicamenteuses pour les troubles du sommeil.

someil-zimovane-zolpidemRares sont les personnes qui n’ont jamais eu de troubles du sommeil : difficultés à s’endormir, éveils nocturnes, réveils trop matinaux, cauchemars. Les troubles du sommeil génère de la fatigue et son quelquefois le signes d’un autre trouble : stress, apnée du sommeil, dépression…
Les troubles du sommeil concernent 32 % de la population française, et plus de 4 millions de personnes prennent des médicaments hypnotiques pour mieux dormir. Prendre un somnifère peut parfois être nécessaire. Ils ne doivent cependant pas être consommés sur de longues périodes.

Lorsque le trouble du sommeil est identifié et que l’hypothèse d’une maladie associée est écartée, le premier traitement consiste à retrouver une bonne hygiène de vie et des conditions d’endormissement optimales. Ensuite, il est important d’essayer d’identifier la cause de ces troubles. Agir sur cette cause sera le premier traitement. Si le stress par exemple est à l’origine de l’insomnie, on essaiera dans la mesure du possible d’en éliminer la cause, de prendre du recul par rapport à ses obligations professionnelles, de tenter de résoudre les conflits. Une aide psychothérapeutique de courte durée peut être bénéfique. Des activités favorisant la relaxation peuvent s’avérer utiles pour bien dormir : yoga, tai chi, méditation, sophrologie, etc. Certaines personnes font également appel à l’acupuncture pour lutter contre l’insomnie.

Dans quel cas les médicaments sont-ils utiles ?

Les médicaments doivent être pris quand c’est indispensable. Les somnifères sont appropriés en cas d’insomnies aiguës. Ce sont les insomnies d’ajustement après, par exemple, un accident de la vie comme un deuil, une maladie, un déménagement. En cas d’insomnies chroniques, ils ont leur place, dans certaines situations. Par exemple, lorsqu’on a besoin d’être performant le lendemain, un souci majeur chez les insomniaques. Les hypnotiques sont aussi utiles lorsque la souffrance psychique est très importante. Ainsi qu’en cas de travail en horaires décalés.

Quels sont les médicaments utilisés contre l’insomnie ?

Les hypnotiques, appelés couramment somnifères, sont des médicaments qui facilitent le sommeil. Ils aident à s’endormir et peuvent également contribuer au maintien du sommeil, lorsque leur durée d’action est suffisamment longue. Lorsque les troubles du sommeil sont dus à d’autres maladies psychiques, les traitements prescrits pour soulager celles-ci (neuroleptiques, benzodiazépines anxiolytiques ou certains antidépresseurs) peuvent suffire à rétablir un sommeil de qualité.
Dans certains cas, ces spécialités dites « sédatives » sont un moyen de faciliter le sommeil sans avoir recours aux hypnotiques. Les médicaments sont dits sédatifs lorsqu’ils possèdent des propriétés calmantes et apaisantes. En soulageant la nervosité, ils peuvent aider à trouver le sommeil. Certains sédatifs sont utilisés dans ce but ou pour calmer un patient agité. Mais ces propriétés peuvent parfois constituer un effet indésirable et provoquer une somnolence non souhaitée (comme dans le cas de médicaments contre la toux, la douleur, l’hypertension artérielle ou l’épilepsie). Attention, un médicament sédatif peut augmenter les effets sédatifs de l’alcool.
Les somnifères sont susceptibles d’apporter une aide, mais il ne faut jamais les prendre sans avis médical. Le traitement dépendra du type de trouble observé, de sa durée, de sa cause, du contexte. Seul un médecin peut prescrire le traitement qui convient, en tenant compte des symptômes, mais aussi en particulier de l’âge, de l’état de santé ou du mode de vie du patient.

Les benzodiazépines toujours prescrits

Les benzodiazépines sont encore largement utilisés entre autres pour lutter contre l’insomnie. Les benzodiazépines agissent en activant le récepteur d’un neurotransmetteur (l’acide gamma aminobutyrique ou GABA). Cette action pharmacologique lui confère quatre grandes propriétés : anticonvulsivant (=antiépileptique), myorelaxant (relaxant musculaire), anxiolytique et sédatif. Leur composante anxiolytique est très appréciée pour lutter contre les troubles du sommeil liés au stress ou à l’anxiété.
Certains sont spécifiquement utilisés comme anxiolytiques et d’autres le sont comme somnifères. Il n’existe qu’une seule molécule utilisée comme myorelaxant. Malgré les risques de dépendance en cas d’utilisation prolongée (en dépit des recommandations des autorités), ces médicaments sont souvent prescrits car ils sont assez bien tolérés même en cas de surdosage. Malgré tout, le traitement ne doit pas être pour un long temps et l’arrêt doit être progressif. Ils sont contre-indiqués en cas de grossesse et d’allaitement, chez l’enfant et en cas de myasthénie.

La troisième génération

La dernière génération de somnifère est la souvent prescrite par les médecins. Elle est représentée par le Zolpidem et la Zopiclone. Soumise aux mêmes restrictions que celle des benzodiazépines, cette famille présente à peu près les mêmes caractéristiques avec moins d’inconvénients notamment peu d’amnésie et de dépendance. Elle a aussi l’avantage de mieux préserver la qualité du sommeil.

D’autres médicaments utilisés comme somnifères

Plusieurs familles de médicaments qui ont des propriétés sédatives ont des représentants utilisés comme somnifère. Par exemple, les antihistaminiques prescrits dans le rhume des foins sont bien connus pour leur effet secondaire de type somnolence et certains sont spécifiquement utilisés pour traiter l’insomnie : les hypnotiques antihistaminiques. D’autres médicaments antiallergiques sont aussi utilisés pour leur action sur le sommeil. Enfin, en cas de dépression nerveuse avec insomnie, les médicaments antidépresseurs prescrits suffisent souvent à vaincre les troubles de l’endormissement. Les molécules utilisées sont généralement choisies pour leur action sédative importante.

Si vous avez des problèmes à trouver le sommeil ou des difficultés à vous rendormir après un réveil au milieu de la nuit, n’hésitez pas à consulter votre médecin ou votre pharmacien.

Vous pouvez avoir vos médicaments contre les troubles du sommeil, l’anxieté et la dépression à un prix bon marché, sans presenter une ordonnance, sur notre Pharmacie Enligne:  http://www.meds-pharmacy.com/index.php/mp_fr/

ZOLPIDEM – Antidépresseur contre l’insomnie

zolpidem-stilnox-antidepresseurs

Informations générales sur le médicament Zolpidem
Ce médicament, dont la Dénomination Commune Internationale (DCI.) est ZOLPIDEM, peut se présenter sous différents noms commerciaux. Dans le cas de ZOLPIDEM, le médicament d’origine est: STILNOX.
La substance active est Tartrate de Zolpidem.
Le médicament Zolpidem est un hypnotique et sédatif. Il est apparenté aux benzodiazépines. Les indications sont limitées aux troubles sévères du sommeil dans les cas d’insomnie occasionnelle et
d’insomnie transitoire.
Zolpidem induit le sommeil et permet de régulariser sa durée pour éviter l’installation d’une insomnie. De ce fait, ce traitement ne constitue qu’un traitement d’appoint dont la durée est limitée (2 à 4 semaines maximum).

Le médicament occupe une place importante dans votre démarche de soins, car il permet de diminuer progressivement les symptômes liés à la maladie et de vous aider à renforcer vos relations et vos activités. Mais le médicament à lui seul n’est pas totalement suffisant pour votre rétablissement. Il est très souvent nécessaire d’être soutenu par un accompagnement psychologique et la poursuite d’activités de votre choix (loisir, lecture, activités culturelles, etc).

Posologie
La posologie est strictement individuelle et les doses usuelles peuvent être variables. Dans tous les cas, votre médecin s’attachera à trouver la dose minimale qui vous conviendra.
Dans tous les cas, conformez -vous à la prescription de votre médecin traitant.
Si vous avez l’impression que l’effet de Zolpidem est trop fort ou trop faible, consultez votre médecin ou votre pharmacien.
Dans tous les cas, la posologie ne doit pas dépasser 10 mg par jour. L’utilisation de ce médicament n’est pas recommandée chez l’enfant en l’absence d’études.
Ce médicament peut être prescrit, soit de façon continue, soit à la demande, selon la symptomatologie du patient.

Bien utiliser le Zolpidem
Un traitement doit être mis en place progressivement, et généralement pour une durée prolongée. Ses effets se font généralement sentir au bout de quelques semaines. Il s’agit de médicaments qui ne sont pas anodins et leur association avec d’autres substances peut être dangereuse.
En effet, des effets indésirables transitoires sont parfois observés si le traitement est interrompu brutalement : anxiété, irritabilité, cauchemars, insomnie, nausées, vertiges, etc. Ces effets indésirables apparaissent dans les deux à trente jours suivant l’arrêt du traitement. Si ce type de symptômes survient, le médecin peut choisir de reprendre temporairement le traitement à pleine dose, puis de mettre en place un calendrier d’arrêt du traitement encore plus progressif.

Ne prenez jamais Zolpidem dans les cas suivants:

allergie connue à cette classe de produits ou à l’un des composants du médicament,
insuffisance respiratoire grave,
syndrome d’apnée du sommeil,
insuffisance hépatique grave,
myasthénie.

 

Visitez notre Pharmacie enligne pour trouvez les meilleurs prix de vos médicaments:

http://www.meds-pharmacy.com/index.php/mp_fr/