Le traitement contre l’hépatite C – SOVALDI. Coûte-t-il si cher ?

Sovaldi - traitement contre l'hépatite CCe médicament appartient à la famille des antiviraux d’action directe. Administré avec le traitement de référence de l’hépatite C (ribavirine seule ou en association avec le peginterféron alfa), il permet d’améliorer de façon importante les taux de guérison.
Sovaldi  est utilisé chez l’adulte dans le traitement de l’hépatite C chronique, en association avec d’autres médicaments.
Il agit en bloquant l’une des étapes de la reproduction du virus, aidant ainsi à stopper la réplication du virus et à faciliter son élimination par le corps. Le sofosbuvir (la substance active) doit être utilisé en combinaison avec d’autres médicaments antiviraux pour réduire le risque de résistance du virus au médicament.

  Si le Sovaldi est aujourd’hui devenu un cauchemar en ce qui concerne son prix, au départ son histoire était belle. Ce médicament a été mis au point il y a quelques années par une petite start-up américaine, qui a ensuite été rachetée par un grand laboratoire qui s’appelle Gilead. Très rapidement, les essais cliniques ont montré que cet antiviral permettait de guérir près de 90% des patients atteints de l’hépatite C, alors que les anciens traitements guérissaient à peine 50% des malades.

  Les spécialistes n’ont pas hésité à parler de « révolution thérapeutique », d’autant plus que contrairement aux autres médicaments de référence, le Sovaldi n’a quasiment pas d’effets secondaires. A priori ce médicament a toutes les qualités, le seul problème reste son prix : un comprimé de Sovaldi coûte 666 euros et comme le traitement dure généralement douze semaines, il faut compter environ 56.000 euros par patient.

Le Sovaldi coûte-t-il si cher? Pourquoi?

On pourrait se dire que ce prix élevé s’explique par son coût de fabrication. Gilead refuse de communiquer là-dessus mais une équipe de chercheurs d’Oxford s’est penchée sur la question et estime que le coût de production du Sovaldi s’élève à 74 euros pour trois mois de traitement. Autrement dit, le prix demandé par le labo est 756 fois plus élevé que le coût réel de fabrication. On ne peut pas non plus attribuer ce prix au coût de la recherche puisque c’est la recherche publique (menée notamment par l’ANRS) sur le virus de l’hépatite C qui a largement contribué à la mise au point de ces nouvelles molécules.

Le laboratoire justifie cet écart astronomique en invoquant les sommes investies en 2011 quand il a racheté la molécule à la start-up qui l’avait fabriqué. Cela a coûté 11 milliards de dollars. Mais au prix où Gilead vend son médicament aux Etats-Unis et dans certains pays d’Europe, il a déjà largement rentabilisé son opération. Il semblerait qu’on soit plutôt dans une pure logique de profits. Le directeur de l’Assurance-maladie a même parlé de « hold-up » de la part du labo, ce qui est assez rare dans le langage d’ordinaire feutré de cette instance.

L’autre argument de Gilead concerne le rapport coût-efficacité. En clair, son médicament est cher mais il permet de guérir la plupart des malades, du coup cela évitera beaucoup de cirrhoses et de transplantations du foie dont la prise en charge est très coûteuse. Et à long terme, cela permettra donc de faire des économies. Le bémol : les études sur lesquelles Gilead s’appuie sont financées par ses soins. Au-delà de ça, l’argument est assez peu valable. Des vaccins coûtent moins de 15 euros (DTP, ROR…) et permettent de prévenir des maladies dont les complications sont beaucoup plus coûteuses.

Que faire les patients avec des revenus modests?

Poussé par la polémique de son prix, Gilead a autorisé mi-septembre une version générique de son traitement pour 91 pays en développement. Environ 54% des malades touchés par l’hépatite C vivent dans ces pays-là. En Inde, par exemple, le traitement coûtera 705 euros. Mais pour plusieurs ONG, la décision de Gilead ne résout pas le problème de millions de patients de pays aux revenus plus élevés qui n’auront pas accès au traitement. Cet accord « prive des millions de malades de l’hépatite C de tarifs abordables, ce qui n’est pas acceptable », explique Médecins sans frontières.

Visitez notre Pharmacie enligne pour trouvez les meilleurs prix de vos médicaments:

http://www.meds-pharmacy.com/index.php/mp_fr